Paris – Trop efficace en réunion, son responsable le licencie

Jean-François, 36 ans, chargé de mission marketing, vient d’être licencié plus de 10 ans de bons et loyaux services pour son entreprise. Le motif : un excès d’efficacité en réunion qui a poussé son responsable à le mettre à la porte.

« C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase »

L’histoire a rapidement fait le buzz. Édouard, directeur marketing, avait l’un de ses collaborateurs dans le viseur depuis plusieurs mois déjà. Mais mercredi dernier, après la réunion de service de 15 h 30, il a finalement craqué et mis fin à une décennie de collaboration. « Encore une fois, Jean-François avait tout préparé. Il nous avait envoyé l’ordre du jour de la réunion à peine arrivé au bureau. Dès le début de son intervention, il nous a rappelé les objectifs de notre rencontre. Il avait même préparé des supports de présentation très clairs et pertinents. Cerise sur le gâteau, 10 minutes après la réunion, nous avions le compte-rendu dans nos boites mail ! C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase… C’est un gentil garçon, mais je ne pouvais plus fermer les yeux sur de tels agissements. Ses collègues commençaient à l’ériger en modèle ! », explique Édouard, très affecté par les événements.

Ce qu’Édouard reproche à Jean-François, c’est sa productivité. Une attitude qui selon lui, met en péril la pérennité de l’entreprise. « Son efficacité était devenue nocive pour ses collègues comme pour l’entreprise. Comment voulez-vous occuper tous ces collaborateurs quand les réunions, jusqu’alors quotidiennes et interminables, sont de plus en plus éloignées, de plus en plus courtes, de plus en plus pertinentes… Avec un tel énergumène dans notre équipe, c’est la productivité de toute l’entreprise qui était remise en question ! Qui peut prendre un tel le risque de nos jours ? » éructe Édouard, encore amer d’avoir lui-même engagé Jean-François.

Des collègues, émus mais raisonnables

Après l’annonce du départ de Jean-François, les langues se délient. « C’est vrai que Jean-François était super organisé, il avait carrément la réunionite aigüe ! J’ai été stagiaire dans de nombreuses entreprises, je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi rigoureux ! Il me rappelle mon prof de Conduite de réunion à l’école de commerce : il respectait toutes les règles que l’on avait étudiées en matière de réunions. Sans cours, sans notes et même sans directives des managers ! », indique Raphaël, en alternance depuis 1 an et demi dans l’entreprise, complètement sidéré par la situation.
Gérard, l’un des plus proches collègues de Jean-François, qui le considérait comme un véritable ami, se confie également : « Après toutes ces années à travailler à ses côtés, je suis obligé d’admettre que j’étais inquiet. Il est passé à travers les mailles du filet pendant longtemps, mais une telle efficacité ne passe pas inaperçue éternellement. J’ai bien essayé de l’aider : je mélangeais ses dossiers, je supprimais régulièrement les mails importants de sa boite mail, j’omettais de lui faire certaines commissions…. Rien n’y faisait, il était toujours très impliqué . Rien n’échappait à son attention. Certes, je perds un ami mais je dois bien l’admettre, nous ne pouvions pas continuer ainsi, nous aurions largement dépassé les objectifs fixés par les dirigeants ! Je tiens trop à mon emploi et à mon entreprise pour prendre un tel risque ».

Source de l’image à la Une : makemoneyinlife.com

Commentaires

Laisser un commentaire