Le Manager Agile : qui est-il ?

manager-agile

Avec la transition numérique, le management évolue. Plus horizontal, plus collaboratif, plus connecté, il repose aussi sur une toute nouvelle personnalité : celle du manager « agile ». Oui mais, qui est-il ? Quelles sont ses qualités ? Et ses compétences ? Comment fait-il travailler ses collaborateurs ? Quelques éléments de réponse dans cet article !

Une petite définition pour commencer…

La base, tout d’abord. Qu’est-ce que le management agile ? Cette notion repose sur un constat : avec la mondialisation, l’arrivée d’Internet dans les entreprises puis l’apparition des outils numériques et l’accès aux informations partout et tout le temps, les managers ne peuvent plus se comporter comme avant.

Le management agile vise ce que l’on pourrait appeler un « état d’adaptabilité extrême ». C’est un grand changement par rapport à l’entreprise des années 1980, qui était alors un bloc unique, hiérarchique et centralisé. Le management agile organise l’entreprise en un ensemble de petites unités — internes ou, c’est de plus en plus le cas, externes — qui partagent une même culture, des valeurs communes et des processus communs.

Ce tout nouvel ADN a un objectif : permettre à toutes les composantes de l’entreprise d’évoluer dans la même direction, tout en cultivant des identités propres et en développant le sentiment d’appartenance et de cohésion au sein de petites unités.

Un homme, une femme : le manager agile

Celui que l’on nomme « manager agile » est celui qui est chargé de mettre en route cette nouvelle petite musique de l’entreprise. Il fait preuve de plusieurs qualités :

  • Un manager agile cultive la confiance entre tous les collaborateurs, ce qui permet de diminuer la pression ressentie au sein de la communauté.
  • Il sait être transparent, et partager les informations au bon moment afin de favoriser la performance collective.
  • Il favorise au sein de l’entreprise l’éclectisme des profils, des parcours, des compétences et des points de vue.
  • Il sait anticiper les conséquences de ses décisions. Il est celui qui, dans l’entreprise, « voit loin », en assume ses responsabilités.
  • Il cherche à satisfaire ses collaborateurs. L’organisation en silo a vécu. Les entreprises fonctionnent beaucoup plus en mode « gestion de projets ». Le manager agile doit ainsi faire travailler ses collègues et obtenir d’eux qu’ils donnent le maximum, sans nécessairement se poser en supérieur hiérarchique. Il sait instaurer un système « gagnant-gagnant ».
  • Il sait gérer les problèmes, les découpe en plusieurs sous-problèmes, parvient à en déduire un projet en étapes ou à repenser une organisation en un ensemble de petites unités coopérantes afin d’obtenir une solution.
  • Il cultive le changement. Sans doute l’une des caractéristiques les plus intéressantes du manager agile. Il parvient à faire en sorte que chacun dans l’entreprise accepte le changement — ou, mieux, le souhaite ! — car il comprend que celui-ci est nécessaire pour continuer à se démarquer sur un marché de plus en plus concurrentiel et mondialisé.
  • Il sait initier l’innovation de façon intelligente — on parle alors de « juste innovation ». Le manager agile parvient à identifier les besoins et ne cherche pas à en créer au sein de son entreprise. Il innove lorsqu’il le faut, pas parce qu’il faut innover.
  • Il donne du sens au travail. Le manager agile est le responsable de la nouvelle organisation du travail. Il parvient à aller au-delà de la motivation (financière par exemple), en voyant plus loin et en aidant ses collaborateurs à s’approprier le sens donné par l’entreprise.

Un management par les outils ?

La question peut être posée : que serait le manager agile sans les outils collaboratifs qui vont avec ? Les réseaux sociaux, d’entreprise notamment, l’aident à communiquer auprès de ses collaborateurs, à diffuser les informations et à recueillir les avis et les participations.

Certaines solutions comme Wisembly l’aident à obtenir plus de flexibilité dans le travail et d’efficacité au quotidien, notamment en réunion. Des outils comme Slack peuvent également être utiles pour assurer une gestion de projet plus collaborative et horizontale. Citons également Trello, un outil de gestion de projet en ligne, qui est basé sur une organisation des projets en planches listant des tâches à accomplir. Bref, à savoir qui fait quoi, qui a fait cela, et ce qu’il reste à faire !

Le manager agile est ainsi celui qui sait mettre à profit les solutions logicielles existantes. Cela passe par une nécessaire phase de diagnostic : de quoi a-t-on besoin dans l’entreprise ?

Mais comment devenir un manager agile ? Outre les formations et le coaching — des solutions qui ont le mérite d’exister et qui peuvent s’avérer très utiles —, l’agilité dans le management se travaille au quotidien et en multipliant les expériences. Travailler avec la génération Y peut d’ailleurs aider, tant il peut souvent être question de savoir s’adapter ! Car la caractéristique principale du manager agile, c’est bien de savoir sortir de sa zone de confort, pour apprendre à s’adapter à des environnements variés et à des contraintes très différentes !

Commentaires

Laisser un commentaire