Engagement des collaborateurs : top 5 des erreurs du manager débutant

erreurs manager débutant

Exemple, coach, team leader : le manager doit endosser plusieurs rôles pour driver au mieux ses équipes. Il doit leur donner les clés pour qu’elles soient autonomes, productives et efficaces. L’objectif ? Que tout le monde aille dans le même sens, celui de l’amélioration du chiffre d’affaires et de la performance de l’entreprise. Pourtant, en ce qui concerne l’engagement des collaborateurs, certains managers – les débutants notamment – font des erreurs. Voici 5 d’entre elles, parmi les plus fréquentes.

1/ Ne pas encourager la collaboration

La présence d’un manager dans une entreprise n’a de sens, aujourd’hui, que dans le cadre d’une vision transversale des services. L’organisation en silos a vécu… et c’est tant mieux !

Le rôle du manager est ainsi d’encourager la collaboration, et pour cela, il dispose de nombreux outils de gestion de projet. Citons, par exemple, Trello et son fonctionnement en « planches », qui listent des cartes représentant des tâches ; Wrike, qui offre une vue globale sur les projets et regroupe toutes les participations sur une même interface ; Planzone, avec son outil de discussion et son pourcentage d’avancée des projets, très agréables visuellement… Bref, aujourd’hui, les managers disposent des meilleurs outils pour créer une collaboration efficace au sein de leur entreprise.

2/ Faire du micromanagement

C’est un travers trop souvent constaté chez les managers qui débutent : observer ou contrôler étroitement le travail de ses employés. On appelle cela le « micromanagement ». Ce réflexe est tout à fait naturel : il peut être difficile de déléguer les tâches dont on a l’habitude d’avoir la responsabilité. Néanmoins, le micromanagement baisse considérablement la productivité des salariés, et affecte durablement leur moral. Et on le sait, un employé malheureux est un employé qui ne travaille pas bien ! Bien sûr, un manager doit faire attention aux « petits détails qui comptent ». Mais en ne parvenant pas à lâcher la bride, il ne leur témoigne aucune confiance. Le mieux ? Décrire la finalité d’une tâche au salarié et le laisser émettre des suggestions quant à la réalisation de cette tâche, avant même d’expliciter votre point de vue. Un effort qui portera rapidement ses fruits, permettra au salarié d’être plus autonome et vous libérera du temps sur le long terme !

3/ Ne pas maintenir une bonne « work/life balance »

L’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle est primordial pour tout individu. Et cela vaut pour le manager comme pour le salarié. Ainsi, d’une part, en faisant en sorte de ne pas se laisser « envahir » par les problèmes du travail dans sa vie personnelle, le manager conservera l’équilibre psychologique nécessaire pour prendre les bonnes décisions, quel que soit le domaine. D’autre part, en veillant à la même chose pour les salariés dont il a la responsabilité, il parviendra à en obtenir le meilleur sur le long terme !

Bien sûr, cet équilibre est d’autant plus dur à obtenir que les nouvelles technologies (les smartphones, les logiciels SaaS…) rendent disponibles les informations professionnelles à tout moment du jour et de la nuit. Certaines entreprises encouragent d’ailleurs leurs collaborateurs à couper leur notifications à partir d’une certaine heure et jusqu’au lendemain. 

4/ Ne pas être proactif

Si le manager d’une équipe n’est pas proactif, alors il prend le risque de se laisser déborder par les problèmes. Ce qui rejaillira forcément sur ses équipes, qui y perdront, in fine, en implication, en motivation… et qui n’apprécieront sans doute pas de travailler au pied levé pour réparer vos erreurs !

Le manager doit par ailleurs driver ses équipes vers l’avant, les pousser à innover (en termes de produits comme en termes de processus) pour :

  • qu’elles s’impliquent dans le devenir de l’entreprise, en proposant de nouvelles solutions susceptibles de plaire aux clients ;
  • qu’elles s’engagent avec enthousiasme dans la réalisation des objectifs de l’entreprise, et prennent position en sa faveur, par exemple sur les réseaux sociaux ;
  • qu’elles suivent l’exemple du manager, en apprenant à voir les problèmes avant qu’ils ne se présentent…

5/ Organiser trop de réunions, ou multiplier les réunions inutiles

C’est l’un des freins à la productivité les plus volontiers cités par les collaborateurs : les réunions qui n’en finissent pas, ne sont pas efficaces ou sont complètement inutiles. Rappelons que les cadres décrochent au bout de 52 min de réunion… Pour éviter cet écueil, le manager doit d’une part s’assurer de l’intérêt d’une réunion, en analysant les objectifs qu’il souhaite atteindre et les autres façons de les remplir (un mail général ne pourrait-il pas suffire ?). D’autre part, il doit s’équiper : il existe des outils comme Wisembly, capables de maximiser l’efficacité des réunions grâce à des fonctionnalités pratiques et bien pensées.

D’autres erreurs du manager débutant vous viennent à l’esprit ? Partagez-les dans les commentaires !

Commentaires