L’innovation, le moteur de l’engagement

La digitalisation est une réalité dans de nombreuses entreprises. Selon l’étude « Les ETI et l’Innovation Digitale : comprendre les freins pour mieux les lever », réalisée par Limelight Consulting pour l’agence digitale Tips tank, plus de 6 entreprises sur 10 indiquent que leur transformation numérique est, au minimum, en cours. Les employés travaillent donc de plus en plus en mode transversal : ils ont adopté de nouvelles méthodes collaboratives et des outils qui révolutionnent leurs habitudes, partagent des documents sur des plateformes collaboratives… Le résultat ? Une innovation favorisée, qui devient moteur de l’engagement des salariés.

De la collaboration…

La transformation digitale du monde de l’entreprise a remis au centre de toutes les attentions les salariés et leurs compétences. Ils échangent, partagent les savoirs. Avancent ensemble sur les projets, sortent de leurs domaines de prédilection, voire de leur zone de confort. S’approprient des outils nouveaux, comme Slack (messagerie interne), Trello (gestion de projet) ou encore Facebook at Work (réseau social d’entreprise).
Bref, en somme, ils redeviennent des « collaborateurs » au sens fort du terme : leur rôle dans l’entreprise se conçoit de manière globale. Ils n’avancent plus seuls dans leur coin : ils poursuivent un objectif commun.

… à l’innovation

Les compétences sont décloisonnées par la transformation digitale. L’innovation est possible et encouragée pour tous les salariés, quel que soit leur poste, et pour tous les services. Les armes de cette innovation nouvelle génération ? Un système de veille et de partage de l’information, une démarche centrée sur l’humain (qu’il s’agisse des collaborateurs ou des clients…).

Comme l’expliquent Erwan Neau (auteur de Les dynamiques de l’innovation) et Marc Viellart (conseiller industrie et service à la CCI de Nantes), l’innovation « s’installe » dans l’entreprise de deux manières :

  • Soit l’innovation est ponctuelle (appelée “innovation produit”). Il s’agit, classiquement, d’améliorer l’existant pour répondre aux attentes des prospects et des clients ;
  • Soit l’innovation est permanente (appelée “innovation totale”). Une culture de l’innovation se met en place, laquelle devient un véritable élément stratégique pour l’entreprise. Les salariés l’ont bien compris : selon une étude réalisée par IPSOS, le CESI et Le Figaro publiée en mai, plus de 52 % d’entre eux estiment que la transition numérique, parce qu’elle favorise l’innovation, constitue un élément « stratégique » ou « essentiel » pour l’avenir de leur entreprise !

Une démarche gagnant-gagnant

L’engagement des collaborateurs est ainsi renforcé. Ils sont plus motivés. Voient concrètement les résultats de leurs efforts, et comprennent que leurs actions ont un impact dans la « destinée » de leur entreprise. De fait, l’innovation appelle l’innovation : plus ils proposent de nouvelles solutions, plus l’entreprise innove, plus ils ont envie d’en proposer de nouvelles. Une démarche gagnant-gagnant !

Quand l’innovation devient une stratégie d’entreprise…

Comme souvent, ce sont les grands groupes qui se sont saisis les premiers des opportunités offertes par l’innovation collaborative. Citons par exemple :

  • PSA Peugeot-Citroën, qui a lancé en 2011 un projet collaboratif consacré au développement des voitures du futur, permettant aux compétences internes de rencontrer les talents externes via des openlabs — comme ici, au Maroc ;
  • Pernod-Ricard a créé en 2012 une startup interne, composée des meilleurs talents du groupe, baptisée BIG (Breakthrough Innovation Group). Sa mission ? Inventer la convivialité de demain. Elle a par exemple créé le bar à cocktails numérique, appelé à se démocratiser dans les prochaines années ;
  • Adeo (qui possède des enseignes de grande consommation comme Auchan ou Leroy Merlin) a créé le projet Humaneo. Celui-ci accompagne tout salarié ayant une idée et souhaitant la développer dans le groupe, quel que soit son niveau hiérarchique.

L’innovation, dès lors que les différents leviers de la transition digitale (en matière d’outils comme de connaissance des enjeux du numérique) sont actionnés, constitue bien un moteur pour l’engagement des collaborateurs. Ceux-ci se sentent impliqués dans l’avenir de leur entreprise. Ils n’ont pas peur de proposer des idées, parce qu’ils savent que celles-ci peuvent être pertinentes !

Commentaires